Georges Bush, de la bouteille à la bombe en passant par le goupillon




Dans son édition du 6 février 2003, Courrier International a publié un article très instructif, et affolant, paru originellement dans The Observer (Londres) sur le passé d'alcoolique abruti de celui qui est maintenant président du pays le plus puissant de la planète sur le plan militaire.

D'une jeunesse turbulente d'enfant gâté du Texas, Bush poursuit à l'université où ce ne sont pas ses diplômes ou son ardeur au travail intellectuel qui retiendront l'attention. Il y sera responsable d'une association étudiante qui pratiquait des rites sadiques et alternera entre les beuveries et diverses virées peu avouables. Le passage à la pseudo vie active ne connaîtra guère de changement dans sa bêtise. Pur produit de l'héritage paternel, ce fils à papa sera casé dans les affaires. Qu'il s'agisse du pétrole ou de clubs de sports, il se révèlera être un gestionnaire catastrophique. Mais les faillites seront évitées grâce à la notoriété du père et Georges Bush demeure toujours aussi irresponsable, ne vivant que pour, et par, la boisson.

À 40 ans, il voit finalement Dieu entre deux soûleries. Et c'est le changement de cap, du moins d'après la version officielle de ses frasques. Dieu, donc, sauve Georges Bush, les USA et le reste du monde. Le monde du pétrole texan l'oriente alors vers une carrière politique, fortement soutenu, et intéressé, par l'aura de son père. En 1994 Georges Bush devient gouverneur du Texas "pour un conservatisme compatissant". La ligne est sans ambiguïté et ne cessera de s'accentuer.

"Elu" en novembre 2000 devant Al Gore par des élections que les principes démocratiques avaient déserté (un décompte frauduleux des votes de Floride lui offre la présidence alors que son concurrent obtient plus de voix sur l'ensemble du pays), le pays s'enfonce alors dans une théocratie à peine voilée. On inaugure à la Maison Blanche des séances d'étude de la Bible, des prières sont lues au début de chaque Conseil des ministres, etc. Georges Bush est l'envoyé de Dieu pour beaucoup de citoyens des USA. L'extrême droite chrétienne jubile et tutoie le pouvoir par son ministre John Ashcroft.

Georges Bush à la tête du pays, c'est un plouc du fin fond du Texas qui joue avec la bombe, un enfant gâté qui n'est parvenu à sa place actuelle que par la fortune et la notoriété d'une famille de pétroliers, une grenouille de bénitier dont la foi et l'ignorance remplacent des capacités d'analyse absentes, un horizon texan limité qui empêche une connaissance plus globale du monde. Et on croit entendre Richard Cœur de Lion ou Saint Louis au départ pour les croisades quand il déclare "Je prie. Je prie pour avoir de la force, je prie pour être conseillé et je prie pour offrir mes remerciements à un Dieu généreux et tout-puissant."



Mars 2003

    Contact