Le rêve du croyant

Achille Zo





Vers 1870, Achille Zo (1826-1901) peint la vision du paradis professée par l'islam (voir une image sur le site leconcombre.com et une photographie sur le site du Ministère de la Culture). Dans une composition lumineuse et fraîche, Achille Zo figure les rêveries d'un croyant âgé endormi à côté d'un narguilé : l'atmosphère est paisible et se veut idyllique, les limbes du paradis bercent le croyant de douces illusions. Contrairement à ce que pourraient crier quelques obsédés du colonialisme et de l'orientalisme, le tableau d'Achille Zo n'est pas l'expression d'une vision biaisée des fantasmes du monde musulman mais est la représentation fidèle des délices du paradis tels que décrits par le Coran.

Sous des palmiers et des vignes chargées de raisin, des croyants, des hommes, se délectent des jeunes femmes mises à leur disposition. On joue de la musique, certaines dansent pendant que les bons musulmans touchent, caressent et embrassent le butin qui leur a été promis par le verset 22 de la sourate 56 (traduction de Kasimirski, Flammarion) : "Près d'eux [les croyants parvenus au paradis] seront les houris aux beaux yeux noirs, pareilles aux perles dans leur nacre" (noter qu'une autre traduction existe et remplace les vierges promises par de simples "fruits blancs comme le cristal"...). Le grand nombre de femmes présentes est l'évocation non métaphorique du festin sexuel qui attend le croyant au paradis (LVI, 34-37) : "Nous créâmes les vierges du paradis par une création à part; Nous avons conservé leur virginité. Chéries de leurs époux et d'un âge égal au leur, elles seront destinées aux hommes de la droite [les croyants vertueux]." La femme est ici un bien dont il convient de jouir au même titre que le vin, l'air frais ou les mets délicats. Les grappes appétissantes portées par la vigne formeront le vin qui abreuvera les pieux mâles selon les versets 17 et 18 de la sourate LVI : "Ils [les croyants vertueux] seront servis par des enfants doués d'une jeunesse éternelle, qui leur présenteront des gobelets, des aiguières et des coupes remplies de vin exquis." La nourriture est abondante (LVI, 20-21 : "Ils auront à souhait les fruits qu'ils désireront, et la chair des oiseaux les plus rares"), le ciel est bleu, c'est la fête, le repos et la jouissance éternels.

Aux couleurs riches et à l'atmosphère mirifique, le tableau d'Achille Zo est l'eldorado promis aux bons musulmans en récompense de leur soumission ici-bas. La bouffe, le pinard et le sexe constituent assurément un cocktail plus apte à provoquer les conversions que la méditation suscitée par des traités de théologie autant incohérents qu'obscurantistes.


Le rêve du croyant est visible au Musée Bonnat à Bayonne.


25 janvier 2005

    Contact