V pour Vendetta

James McTeigue




Fiche technique, 2005


Dans les premières décennies du XXIe siècle, l'Angleterre vit sous une dictature. Les Etats Unis d'Amérique ne sont plus qu'une puissance déchue, ravagée par une guerre civile. L'ordre et la terreur règnent en Angleterre, la police et l'armée sont aux commandes et la télévision à leur botte. L'Etat criminel manipule et orchestre la désinformation, sachant qu'une population submergée par la peur garantit sa pérennité. Pourtant un homme, "V", va se dresser pour abattre le régime en le frappant au plus haut. Masqué, il sera secondé par une jeune femme dont les parents pacifistes ont été victimes, comme beaucoup, du régime sanguinaire. Organisateur d'une formidable rébellion contre un Etat absolutiste, le mystérieux V en est le produit et le destructeur impitoyable. Valeureux autant qu'énigmatique, cultivé et romantique, V incarne le combat total et sans limite pour la liberté. On ne tue pas une idée.

Le film de James McTeigue, réussissant une intrigue haletante, n'oublie pas, dans son portrait de la dictature, de rappeler par quelques éléments que la religion, ici le christianisme, est l'alliée inséparable du fascisme. La télévision martèle que la religion unique et la notion de dieu garantissent le caractère vertueux du pouvoir. Les autres religions sont interdites et durement réprimées (on regrettera cependant que, dans cette dénonciation, le Coran ne soit considéré que par la qualité de ses enluminures). Une religion n'étant que la face politique des ministres du culte, la caution religieuse du régime apparaît dans leur participation active. Un aumônier assure ainsi la dictature de son soutien en officiant dans un sordide camp de détention, qui fut aussi un camp d'expérimentation humaine. Lequel aumônier deviendra évêque et affichera des penchants pédophiles envers les jeunes filles, l'approvisionnement étant assuré par une pieuse filière.


2 mai 2006


    Contact