La destruction des populations locales par les Franciscains dans le sud des États-Unis d'Amérique
fin XVIème siècle - XVIIème siècle





Après les Dominicains et les Jésuites, les Franciscains s'engagent en Floride en 1573, pressés de capter un marché spirituel dont leurs collègues, et néanmoins concurrents, sont revenus bredouilles. Ils y obtiennent un succès durable. Plus à l'ouest, au Nouveau-Mexique, trente franciscains parviennent à Santa Fé en 1629 après une très longue expédition commencée à Mexico neuf mois plus tôt.

Parmi les explications de leur réussite dans le sud des États-Unis d'Amérique, l'apprentissage des langues locales, l'offre de cadeaux et l'endoctrinement des enfants figurent en bonne place. Ce premier pas en direction des plus jeunes en annonçait d'autres avec la conversion des adultes, l'abandon des croyances anciennes et la perte d'autorité des parents qui résistaient encore. La stratégie de conquête se dirigeait aussi en direction des chefs dont l'adhésion au christianisme annonçait l'allégeance de toute la tribu.

L'écriture de catéchismes en langue locale permettait d'inculquer plus directement la nouvelle religion aux Amérindiens, Pueblos ou autres, ainsi que de façonner leur comportements et habitudes de vie. Dans la pratique de la confession, les questions sexuelles (c'est-à-dire les interdits) sont au cœur de l'entreprise de domination. Bien entendu, silence sur les relations sexuelles pratiquées par les religieux eux-mêmes.

Le projet d'acculturation passe évidemment par la suppression des rituels et danses associés aux cultes locaux : dans le cadre de la lutte contre la concurrence, les Fransciscains n'y voient que l'expression de "l'idolâtrie et de l'adoration du diable". De même, les objets de culte sont détruits, brûlés ou confisqués.

Bien que les Franciscains refusent d'agir dans le cadre d'une conquête militaire, en raison du mauvais exemple donné par la violence des soldats, ils comptaient néanmoins sur le soutien de la force armée pour empêcher les récents convertis de revenir à leurs croyances et rites originaux. L'interdiction de fuir la communauté pour les baptisés et l'imposition de châtiments corporels pour ceux qui ne respectaient par les nouvelles règles étaient pratiqués sur ordre des Franciscains avec, comme toujours, des justifications théologiques forgées à cet effet. La communauté prévaut sur l'individu et on peut donc légalement punir celui-ci pour protéger celle-là.

Le résultat démographique de l'introduction autoritaire du christianisme dans le monde des Pueblos fut désastreux. En 1680, leur population avait diminué de moitié depuis l'arrivée des Franciscains et, en Floride, les Timucuans avaient presque complètement disparu. Quant aux Apalaches, ils avait décru de 25000 vers 1600 (premier contact avec les missionnaires) à 10000 vers 1680. Attaques, travail forcé et épidémies dues à des maladies importées d'Europe ont causé de nombreux décès dans les missions : les prières des Franciscains n'ont jamais constitué la moindre protection.



Carte des missions dans la Floride espagnole vers 1674-1675


Source : The Spanish Frontier in North America, David J. Weber, Yale University Press, 2009



4 juillet 2014

    Contact