La destruction des Selknam par les Salésiens en Terre de Feu
1889-1911





Dans leur ambition de christianiser les autochtones, les religieux catholiques ont très souvent mis en place, ou tenté de le faire, des réductions (reduccionnes en espagnol) pour regrouper les individus. L'abandon du nomadisme faisait d'eux des brebis plus dociles et permettait, en Terre de Feu, de les protéger de la violence des colonisateurs qui les décimaient pour les vols de moutons élevés sur les terres où ils évoluaient depuis toujours.

Sous l'impulsion du prêtre José Fagnano, les Salésiens ont rassemblé plusieurs centaines d'individus, essentiellement des Selknam mais aussi des Alacalufes et des Yaganes, dans une réduction installée en 1889 sur l'île Dawson, la Mission Saint-Raphaël. Leur venue n'était pas volontaire mais pressée par la faim et les violences subies de la part des colons et éleveurs européens : il fallait choisir entre les attaques assassines des éleveurs et la réduction des Salésiens. Une concession gratuite de vingt années avait été accordée par le gouvernement chilien et la communauté avait pour objectif d'assurer sa propre autonomie. Elle était ordonnée autour d'un noyau central comprenant l'église, la Maison des Salésiens, la Maison des Sœurs de Marie Auxiliatrice, l'école, les ateliers et dortoirs pour les garçons, ainsi que ceux pour les filles. Le changement de vie fut donc total en passant d'une existence de chasseur-pêcheur-cueilleur à la sédentarisation : l'abandon du statut de pêcheur pour celui de pécheur fut leur perte.

Dans l'extrême sud de l'Amérique, les conditions climatiques sont très rigoureuses (le Cap Horn n'est pas si éloigné) et les Selknam y avaient été déplacés depuis d'autres zones du sud de la Patagonie. A cela s'ajoutent les maladies apportées par les Européens (surtout la tuberculose), contre lesquelles les Amérindiens n'étaient pas immunisés, et la mission est vite devenue un mouroir. L'organisation nouvelle de la vie et du travail (notion inconnue auparavant) a provoqué un bouleversement inédit et a aussi contribué à la destruction de la communauté : la discipline, l'habillement, la nourriture, l'interdiction du nomadisme, tout était violence contre l'ancien mode de vie. Ainsi, le simple fait de laver complètement les autochtones les exposait à des souffrances futures en les débarrassant de la couche de graisse qui les protégeait des rigueurs du froid.

Les bouleversements furent aussi d'ordre culturels par l'adoption d'un nom chrétien pour les baptisés, la séparation des sexes (un puritanisme inconnu auparavant), l'obligation de demeurer dans un logement clos, au lieu de se déplacer librement dans les espaces immenses de la Terre de Feu. La nouvelle vie se résume à la formule latine "ora et labora" ("prier et travailler") avec l'apprentissage permanent des TOC chrétiens (signe de croix, rites). Alors que l'enseignement était consubstantiel à l'évangélisation pour les Salésiens, il était plus soutenu pour les garçons que pour les filles, affectées à des tâches ménagères.

Finalement, en dépit de l'objectif de protection des autochtones, l'expérience fut dévastatrice puisque, lors de la fermeture de la mission en 1911, il n'en restait plus que vingt-cinq sur le millier qui y avaient été établis. La protection des futurs chrétiens par les curés causa donc leur extinction, un marasme tragique au prétexte de les soustraire à la violence des éleveurs, les civiliser, les évangéliser. Si les curés désirent le bien des peuples, qu'ils les laissent tranquilles.


Sources :
- Centenario del cierre de la mision de Dawson. Reflexiones sobre un esfuerzo admirable e infructuoso, Mateo Martinic B, Magallania (Chile), 2011. Vol. 39(2):97-103 ;
- Los misioneros salesianos y la polémica sobre la extinción de los selk’nam de Tierra del Fuego, María Andrea Nicoletti, Universidad Nacional de Comahue (Argentina), Anthropologica, año XXIV, N.º 24, diciembre de 2006, pp. 153-177 ;
- “El modelo reduccional salesiano en Tierra del Fuego: educar a los ‘infieles’”, María Andrea Nicoletti, Revista TEFROS, Vol. 6, N° 2, Diciembre 2008.



4 juillet 2014

    Contact