Les Anglicans sur Île de Baffin, 1894





En 1894, la première mission anglicane est installée sur l'Île de Baffin (île de Blacklead) par le révérend Edmund James Peck et Joseph Calder Parker pour évangéliser les Inuits. Dans les années suivantes, d'autres missionnaires de la Church Missionary Society parcourent la région pour emplir leur besace de convertis aux fables chrétiennes. La stratégie de l'acculturation chrétienne s'organise selon deux directions : d'une part la traduction des Évangiles et de textes chrétiens dans un langage syllabique inventé par d'autres missionnaires, et d'autre part la formation de religieux autochtones pour mieux répandre la foi chrétienne parmi leur propre peuple.

Pour Peck, il s'agit de réduire à néant le rôle des chamanes, vus comme des magiciens, en leur opposant la prétendue force des textes bibliques. Comme toujours, les enfants sont les premières cibles de l'endoctrinement chrétien par le catéchisme. Mais afin d'atteindre aussi les adultes, dont les hommes souvent partis à la chasse pendant la journée, Peck prit l'habitude d'inviter une famille chaque soir pour dispenser sa propagande autour d'une tasse de thé et de biscuits. La ténacité de Peck porte finalement ses fruits : trois baptêmes sont effectués en 1901.

Photo : des Inuits assistent à la messe à Blacklead vers 1919.

Sources :
- Notice sur Edmund James Peck, dictionnaire biographique du Canada ;
- Premiers catéchismes et méthodes catéchistiques des missionnaires anglicans et oblats chez les Inuit de l'Arctique de l'Est (1852-1937), Frédéric Laugrand, Études d'histoire religieuse, Volume 64, 1998, Pages 9-29 ;
- " Ni vainqueurs, ni vaincus ". Les premières rencontres entre les chamanes inuit (angakkuit) et les missionnaires dans trois régions de l'Arctique canadien, Frédéric Laugrand, Anthropologie et Sociétés, Volume 21, Numéro 2-3, 1997, Pages 99-123



4 juillet 2014

    Contact