Quand l'étrange culte de l'Être suprême s'affichait sur les façades des églises





C'est une étrange évolution philosophico-religieuse qu'a vécue la Révolution Française pour se défaire de l'absolutisme catholique. En 1791, on fait jurer les prêtres de respecter la Constitution civile du clergé mais la déchristianisation ne peut s'en contenter. Prêtres réfractaires ou prêtres jureurs à la sincérité douteuse, il faut aller plus loin et la déchristianisation prend des formes multiples : fêtes antireligieuses, confiscation des biens du clergé et instauration du culte de la Raison. Car il s'agit bien d'un culte avec ses temples et sa déesse malgré son ambition de transmettre au peuple les idées des Lumières. L'église d'Ivry-la-Bataille (Eure) en conserve le souvenir sur le chevet :

TEMPLE DE LA RAISON
ET DE LA PHILOSOPHIE
L'inscription est suivie d'une autre plus récente :
LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

En 1794, le culte de la Raison est peu à peu remplacé par l'invention de l'Être suprême et une grande fête est donnée le 8 juin 1794 (20 prairial An II). Mais en proclamant le culte de l'Être suprême et l'immortalité de l'âme, la Révolution abhorre dans le même temps l'athéisme et ne parvient pas à incarner un véritable rationalisme qui serait débarrassé de l'adoration de symboles.

De cette époque, des souvenirs demeurent encore au XXIe siècle au fronton de quelques églises :

- à Louversey (Eure), au-dessus de l'entrée (les parties illisibles sont indiquées entre crochets) :

[...]FRANCA[...]
[...]LETRE
SUPREMEETLIMMORTA
LITEDELAME

- à l'église Saint-Sulpice de Paris, sur un panneau en bois de la façade, le texte très effacé peut être reconstitué :

LE PEUPLE [...]
RECONNOIT L'ETRE SUPREME
ET L'IMMORTALITE DE L'AME

- à Médan (Yvelines), au-dessus de l'entrée (les lettres invisibles sont indiquées entre crochets) :

[LE PEUPL]E FRANCAIS RECONNAIT
[L'ET]RE SUPREME ET
[L'IMMORTAL]ITE DE L'AME

- à Houdan (Yvelines), au-dessus de l'entrée (les lettres invisibles sont indiquées entre crochets) :

LE PEUPLE FRANCAIS RECONNOÎT
L'EXISTENCE DE L'ÊTRE SUP[R]ÊME
ET [DE L'IMM]ORTALITE DE L'AME

- à la cathédrale de Clermont Ferrand (fronton du portail nord) :

LE PEUPLE FRANCAIS
RECONNOIT L'ETRE SUPRÊME
ET
L'IMMORTALITÉ DE L'AME

Autrefois, à la cathédrale d'Angoulême, l'inscription "TEMPLE DE LA RAISON" était présente au-dessus de l'entrée principale mais la pierre fut déplacée à l'extérieur de l'abside dans la deuxième moitié du XIXème siècle (merci à Jean-Jacques Bonnin pour cette information ainsi que pour la gravure ci-contre). Elle disparut définitivement ultérieurement, probablement au XXème siècle.

D'autres sont visibles actuellement à Saint-Sulpice-sur-Loire (Maine-et-Loire), Gonesse (Val d'Oise), Nancy (Meurthe-et-Moselle), Crécy-la-Chapelle (Seine-et-Marne) et, dans l'Eure, à Thomer-la-Sôgne (cf. un document du Service Territorial de l'Architecture et du Patrimoine de l'Eure). Voir aussi une liste plus complète sur francegenweb.org.

Si vous connaissez une église ornée d'une inscription républicaine ou révolutionnaire (culte de la Raison ou de l'Être suprême), vous pouvez l'indiquer sur cette page. Merci beaucoup.


Première publication : 6 juillet 2010
Dernière mise à jour : 14 octobre 2015

église Ivry-la-Bataille

Ivry-la-Bataille (Eure)

église Louversey

Louversey (Eure)

église Saint-Sulpice à Paris

L'église Saint-Sulpice à Paris

église Médan

Médan (Yvelines)

église Houdan

Houdan (Yvelines)

cathédrale Clermont-Ferrand

Cathédrale de Clermont-Ferrand, l'inscription avant sa restauration (et après)

cathédrale Angouleme

Façade de la cathédrale d'Angoulême par De la Fargue Tauzia ("Statistique monumentale de la Charente" par l'abbé J.H. Michon, vers 1840-1850)


    Contact