Rassemblement des Anonymous contre l'Église de Scientologie à Paris





On sait qu'une religion n'est qu'une secte qui a réussi. L'Église de Scientologie n'est pas seulement parvenue à accaparer les cerveaux disponibles de milliers d'adeptes, elle a aussi réussi à s'attirer l'opposition d'un réseau de militants. Depuis quelques années, aux mouvements anti-sectes se sont ajoutés dans le combat anti-scientologie les Anonymous dont la caractéristique la plus visible est que, précisément, leur visage ne l'est pas. Dissimulé derrière le visage du héros de V pour Vendetta, à propos duquel a été réalisé un film aussi excellent que subversif, les Anonymous revisitent les stratrégies habituelles du militantisme. V pour Vendetta est inspiré de l'histoire de Guy Fawkes qui, en 1605, voulut faire sauter le Parlement à Londres en raison de la persécution des catholiques.

Samedi 25 août 2012 il n'était nullement question de faire sauter le siège parisien de l'Église de Scientologie. Un Megaraid a rassemblé environ soixante-dix Anonymous, tous dissimulés derrière leur masque, avec la participation de camarades allemands et italiens. Si les rassemblements sont fréquents devant le 69, rue Legendre (17ème arrondissement), celui-ci était particulièrement nécessaire après que cinq d'entre eux ont été verbalisés par la police lors du rassemblement du 10 août. Raison invoquée : la loi anti-cagoule de 2009 alors que la manifestation était dénuée de violence. Pourtant, l'anonymat n'est pas une coquetterie face à une Scientologie particulièrement hargneuse envers la contestation. Le rassemblement du 25 août devait donc aussi être un test du comportement de la police.



Les scientologues accostent les passants

Le rassemblement ayant lieu devant l'église Sainte Marie des Batignolles (à ne pas confondre avec Sœur Marie-Thérèse des Batignolles), les scientologues ont été libres, en réaction, d'accoster les passants devant l'entrée de leur repaire ainsi que sur le trottoir opposé. Protégés par les CRS des deux côtés (vers l'église des Batignolles et du côté opposé de la rue Legendre), plusieurs scientologues diffusaient à qui le voulait un livret intitulé Le chemin du bonheur. Difficile de faire plus niais. Un type d'une trentaine d'année m'en confie un en affirmant que toutes les réponses à mes questions s'y trouvent, sans savoir lesquelles pouvaient m'habiter. Pour lui, en tout cas, le bouquin fut particulièrement efficace puisque, maintenant, il est heureux et que tout va bien. Content pour lui. A ma question de savoir si, auparavant, des problèmes ou des questionnements le préoccupaient, sa réponse négative ne l'empêche pas de se féliciter que, bien qu'il allait bien auparavant, eh bien il va encore mieux avec ce petit livre. Un tel bonheur sans nuages et, surtout, sans interrogations ni réflexions, fait plaisir à entendre, mais mes demandes répétées sont vaines pour tenter d'en savoir un peu plus, autant sur son parcours psychologique que sur le contenu du fameux bouquin. "Tout est dedans", même leçon apprise par cœur et entendue à satiété chez nombre de musulmans pour lesquels le Coran seul suffit à l'humanité.

J'abandonne alors l'ébauche de discussion pour trainer un peu devant l'entrée de l'Église de Scientologie. Un responsable policier y assure les gogos présents que tout va bien se passer, car chacune des deux parties restera de son côté. Quelques citations débilitantes de L. Ron Hubbard ornent l'entrée et la vitrine, le genre de phrases absconses qui ne peuvent que plonger l'adepte, ayant accepté sa propre lobotomisation, dans un abîme de béatitude.


Le siège de la scientologie est au niveau des quatre individus. La police est positionnée à la fois au premier plan, face aux manifestants, et à l'arrière-plan (face à personne mais on n'est jamais trop prudent...).


La police

A 15h, le rassemblement débute par une charge (verbale) vigoureuse contre la police qui "protège des escrocs" en interdisant de se rendre devant le siège de la Scientologie. Les Anonymous, pourtant toujours pacifiques, ont noté une agressivité croissante dans son comportement récent : elle est allée jusqu'à verbaliser cinq d'entre eux pour le port du masque le 10 août. Sanction ridicule et absurde car le masque est d'abord symbolique et n'obéit pas la volonté de se dissimuler en vue de commettre des dégradations. Les Anonymous sont néanmoins conscients des pratiques inquisitoriales de la Scientologie, et se soustraire à leurs caméras n'est pas une précaution excessive. Véritable rapace, la Scientologie voue une haine féroce à quiconque la conteste, à l'extérieur et encore plus à l'intérieur.

Ce samedi, chacun demeure à sa place, policiers comme manifestants, et aucun incident n'est à déplorer, aucune interpellation ni amende.

Deux étranges "manifestants"

Toutefois, deux types de 20 à 30 ans se distinguent par leur accoutrement sans rapport avec les tenues carnavalesques des manifestants. L'un, blond, est totalement masqué, à rendre jalouse une femme en burka (photo ci-dessous) : casquette vissée sur la tête, lunettes de soleil avec monture large, foulard masquant tout le visage, gants de cuir noirs. Le port de gants en cette journée d'été est le plus sûr moyen de se faire repérer. Bravo ! Le second revêt une tenue moins caricaturale mais en contraste total avec l'esprit de la manifestation : casquette elle aussi bien recouvrante, lunettes de soleil et masque de chirurgien. Pas de gants pour cet énergumène par contre. Les deux sont seuls, ne disent mot à personne alors que les militants masqués se connaissaient bien. Isolés, assez statiques, ne participant pas aux réactions de l'assistance, les deux loustics adoptent un comportement déjà vu chez les policiers qui infiltrent les manifestations : l'observation discrète par l'immersion dans le milieu. Sauf que la neutralité, le calme et le silence dans un tel évènement sont évidemment suspects. Il est très peu probable qu'il s'agisse véritablement de militants anti-sectes (pourquoi ne pas discuter avec les autres ?). La probabilité n'est pas plus élevée que des scientologues, pourtant jamais en retard pour émettre des idées saugrenues, aient choisi de se trahir par une tenue vestimentaire aussi grossière. Mais pour l'immersion dans le milieu, d'immenses progrès restent à faire.


Un étrange "manifestant"


Un détail fugace est à prendre en compte. L'animateur le plus fantasque du rassemblement est le clown Nono qui, toujours à l'aise dans son rôle, s'avance vers le type totalement impossible à identifier par un joyeux "Alors ça va ?". Celui-ci bredouille quelques mots incompréhensibles mais Nono rassure l'assistance par un étonnant "C'est un ami". Comme auparavant il a démasqué un scientologue, on comprend que le sombre personnage n'est pas de la secte de Ron Hubbard. Et s'il est un militant comme les autres, et connu favorablement de lui, le clown n'aurait certainement pas provoqué un petit attroupement autour lui. "C'est un ami" est peut-être une façon d'amadouer l'inconnu de peur qu'il provoque la police, celle-ci n'ayant pas beaucoup de distraction. Impossible d'en savoir plus.


Formulation ironique qui signifie que la vérité n'est pas dans la Scientologie mais ailleurs, chez les extraterrestres


Divinité extraterrestre et autres stupidités

Sans entrer dans des détails théologiques fastidieux et crétins, les délires de Ron Hubbard ont consisté en l'existence d'un super-extraterrestre, Xenu, qui officiait il y a soixante-quinze millions d'années, des âneries qui font office de dogme secret pour les scientologues. Les manifestants ont bien sûr beau jeu de se gausser de débilités que ne goberait pas un enfant. Le mysticisme extraterrestre est un terreau inépuisable pour les amis de Tom Cruise, et Xenu, en dépit de sa toute puissance, suscite d'abord une hilarité générale. Affublé d'un pistolet à eau, le maître du monde déambule entre les Anonymous. Face à lui, les CRS et leurs 9 mm. Chacun son flingue.

L'expérience de la lévitation du cendrier : à gauche, avant, et à droite, en pleine élévation. Une belle réussite.

Au micro, une rapide présentation des superstitions scientologues ne répond pourtant pas à la question centrale : comment peut-on croire à ces billevesées ? Mais le spectacle continue avec Nefertiti, une ancienne adepte qui a pu échapper à l'enfer de la Scientologie. Une expérience réalisée par ses soins aux yeux de tous et toutes suscite l'admiration générale : la lévitation du cendrier. Une chance pour les présent(e)s qui ont pu en bénéficier gratuitement alors que le phénomène serait payant dans la Scientologie. On pourrait s'en esclaffer à s'en déboîter la machoire si, dans le même temps, la pieuvre n'exerçait pas une influence pernicieuse et criminelle sur ses proies.





Nocivité et perversité de la Scientologie

Car la Scientologie est une entreprise de démolition de l'individu par son asservissement aux délires de Ron Hubbard. Ce 25 août est organisée en Oklahoma (États-Unis d'Amérique) une manifestation en mémoire des victimes de la secte, dont particulièrement une jeune femme décédée à l'âge de 20 ans, et les orateurs rappellent aussi le cas de Karine de la Carrière, épouse d'un haut gradé de la secte, qui n'a pu assister aux obsèques de son fils, empêchée par les mêmes nuisibles. Nefertiti, à l'allure d'une officier de marine, évoque de stupéfiants camps d'enfermement que possède la secte en Floride dans lesquels les membres seraient séquestrés contre leur gré. Ancienne adepte, elle a réussi à s'en échapper et à rejoindre l'Europe grâce à l'aide de la police. L'une des pancartes du jour dresse d'ailleurs la "Liste des cadavres dans le placard de la sciento". D'autres dénoncent la pédophilie de la mafia scientologue. Une rage est très perceptible dans le groupement contre l'exploitation des êtres humains, et particulièrement les enfants, mise en œuvre par cette Église. Autre élément abondamment abordé : l'argent ; la $ecte ne vit que par et pour lui. Contre la Scientologie, "une seule solution, la dissolution".

Croyants et athées contre la scientologie

Si le combat contre la Scientologie ne souffre d'aucune hésitation, qui sont néanmoins ces militants ? Le clown Nono veille à préciser que le mouvement est "apolitique, ni de droite ni de gauche, et contre toute forme d'autoritarisme". On peut cependant considérer, de façon plus large, qu'est politique toute action qui s'investit dans la cité, sans s'inscrire nécessairement d'un côté ou de l'autre. Autre mise au point, celle sur les convictions des Anonymous quant à la question religieuse : l'orateur au nez rouge indique que le groupe comprend des croyants comme des incroyants. Quelques chrétiens sont effectivement présents : l'un arbore une petite croix pectorale, un autre possède un tatouage d'une grande croix sur son avant-bras, et il a été possible d'entendre un surprenant "Dieu vous aime" lancé à l'adresse des scientologues. Rien de rationaliste ou d'antireligieux évidemment dans ces exemples mais plutôt la lutte contre la concurrence au prétexte de la juste et nécessaire défense contre les manipulations mentales que, pourtant, le christianisme a toujours pratiqué avec excellence. En outre, voir des chrétiens se gausser des croyances extraterrestres des scientologues n'est pas la moindre des incohérences (qu'y a-t-il de plus extraterrestre que le concept fantaisiste de "dieu" ?). Si Xenu était déposé sur un plateau d'une balance, l'équilibre parfait serait réalisé avec, sur l'autre plateau, les miracles innombrables du catholicisme et la vie imaginaire de JC avalée docilement par l'ensemble des chrétiens.


Un rassemblement sans caractère antireligieux

Parmi les inscriptions laissées sur le trottoir devant l'église des Batignolles, l'une fait presque douter du bien fondé de la présence d'un athée sur les lieux : "La religion c'est gratuit, pas la $cientologie". C'est oublier bien vite la quête à la messe et le denier du culte chez les catholiques, la zakat pour les musulmans, l'autofinancement demandé aux adeptes dans certaines églises protestantes, les aumônes de la procession pour Ganesh chez les hindous, etc. Non, les religions monothéistes n'ont jamais été gratuites. Et le clown Nono, en désignant l'église des Batignolles, effectue une mise au point supplémentaire au cas où tous ces joyeux drilles seraient hâtivement considérés comme de dangereux énervés antireligieux : "Ca c'est une vraie église, pas comme à côté", c'est-à-dire la scientologie.

L'islam n'est pas absent des interventions. Un orateur met fermement en garde l'assistance contre un individu qui sollicite les manifestants pour récolter de l'argent : celui-ci serait destiné à payer les amendes infligées pour cause de dissimulation du visage. Seraient concernés aussi bien les Anonymous verbalisés au début du mois que les musulmanes en niqab et burka ! Auparavant, le clown Nono avait rappelé que le port du masque à l'effigie de V ne rapprochait les Anonymous en rien de l'oppression des femmes par le voile intégral. Même mise à l'écart d'un individu qui brandit un drapeau palestinien, hors sujet.

Un chrétien
contre la scientologie
Un anarchiste aussi

Quelques militants identifiables comme athées (par le A cerclé des anarchistes) sont aussi présents. On note toutefois que, si des slogans ou propos pro-religion sont émis (pour la vraie bien sûr, celle construite sur les superstitions chrétiennes), aucun propos athée et antireligieux ne l'a été. Il est regrettable que quelques Anonymous croyants usent de cette action pour plaider pour leur chapelle.

A part ces petites initiatives personnelles, ce type d'action festive et pacifique demeure une action essentielle à renouveler. La scientologie ne survit que par la lobotomisation de ses membres, leur soumission à l'ordre, leur escroquerie, la captation de leurs enfants et la destruction de leurs familles. Ne jamais les laisser en repos, ne jamais céder devant leur prétention à incarner une philosophie du bonheur et de la réalisation de soi pour être meilleur en soi-même et envers les autres comme le prétendait le scientologue rencontré au début. L'Église de Scientologie est à combattre, encore et toujours, et, si l'argument rationaliste est vain dans des sociétés encore complaisantes envers des monothéismes obsolètes, c'est sur l'escroquerie et l'accaparement des enfants que portera efficacement la lutte contre la mafia conçue par Ron Hubbard.



26 août 2012

Le siège de l'Église de Scientologie (inscription au sommet du bâtiment) au 69, rue Legendre à Paris



Accès au siège de la secte interdit par la police










"Scientologues, rentrez chez vous !"



"Liste des cadavres dans le placard de la sciento"







Ô Xenu, maître de l'Univers



Un véritable extraterrestre


"La scientologie, c'est le danger"



"Magasin de la $ecte => 100 m"



"Stop aux sectes" devant l'église des Batignolles




"Les Anonymous sont légion. Nous n'oublions pas, nous ne pardonnons pas."



"Xenu reviens !"



"Les scientos dehors"





Xenu comme jamais les scientologues ne l'ont vu





Gare aux ennemis de Xenu !



    Contact